Audrey Rouanet du domaine Rouanet Montcélèbre

Le domaine se trouve à Cesseras, en Minervois (Hérault), dans un cadre grandiose. Bernard Rouanet achète aux enchères les premiers hectares de vignes, à l’époque quasiment à l’abandon, pour les offrir à sa femme pour la naissance de leur fille Audrey. C’est elle qui est aujourd’hui à la tête de l’exploitation, qui compte 23 hectares en AOP Minervois, AOP Cru Minervois La Livinière et IGP Pays d’Oc.

1) Ton premier souvenir lié au vin ?

Les odeurs des cuves en fermentation dans l’ancienne cave de mes parents puis la découverte olfactive que chaque cuve donne des vins différents. Je devais avoir 6 ans.

2) Ta plus grande émotion ?

J’en ai deux. La première, c’est lorsque mon père nous a informé en 2003 qu’il souhaitait vendre le domaine, qu’il y avait un client intéressé et qu’ils s’étaient entendus sur le prix. J’ai réfléchi toute la nuit, je me suis levée plus déterminée que jamais et j’ai annoncé que je voulais reprendre le domaine, que je serai œnologue et que j’orienterai la production vers de la bouteille. J’avais 15 ans.

La seconde a eu lieu à mon retour un peu précipité d’Italie, en août 2012, lorsque, avec mon père, nous avons été chercher en camion nos premières cuves inox et que nous les avons installées dans la cave.

3) Un millésime marquant ?

2015, c’était une belle année. Elle représente pour moi le « commencement » parce que c’est l’année où je me suis officiellement installée avec ma mère, où nous sommes passées en conversion bio et où nous avons sorti l’ensemble des surfaces de la cave coopérative. L’avocate nous l’a signifié en juillet, nous venions à peine de terminer de poser un toit sur la cave. Ce fut rock and roll mais c’était génial et un très beau millésime.

4) Ta (tes) région (s) de prédilection ?

Le Languedoc forcément, la Vallée du Rhône, la Toscane et la Loire.

5) Ton cépage préféré ?

Cinsault pour le rouge et Rolle pour le blanc.

6) Que trouve-t-on dans ta cave ?

Plus que quelques bouteilles d’Italie, le Montepulciano cuvée Nobile 100 % Sangiovese du domaine Avignonesi, du Nerello Mascalese des pentes de l’Etna par exemple.

Quelques bouteilles de Napa Valley en Californie du domaine où j’ai effectué mon stage de soutenance pour mon diplôme d’œnologie, quelques bouteilles de Beaucastel où j’ai également fait un stage. 

Et aussi des vins de copains vigneron.ne.s : du champagne de Violaine, du Fixin au Vosne Romanée d’Amélie, du Pessac-Léognan de Ghislain, des Minervois de Mathias, Cécile. Et des bières belges, Orval.

Sinon, lorsque j’achète des vins pour découvrir, ils ne restent pas dans la cave !

7) Une bouteille pour un repas en amoureux ?

La cuvée Campagne de Centeilles du Clos Centeilles dans le Minervois.

8) Une bouteille à ouvrir entre amis ?

Mes cuvées Alvéoline blanc, puis rouge.

9) Une bouteille pour un repas d’été ?

Ma cuvée Se Canta Cinsault.

10) Un vigneron encore peu connu que tu recommandes ?

Mathieu Baillette du domaine Le Pas de la Dame au cœur de l’appellation Malepère dans le Languedoc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.